PAYSAGES HUMAINS

Rencontre avec MASSIMO VITALI, photographe (Italie)
Dimanche 15 janvier 2017 à 16h
MuCEM, auditorium Germaine Tillion
7 promenade Robert Laffont
13002 Marseille

Entrée libre et gratuite

Le photographe italien Massimo Vitali est célèbre auprès du grand public pour ses photographies de plages encombrées de gens bronzés et de discothèques remplies à craquer de clients dansants.
Mais il y a fort à parier qu’au sein de ces images souvent spectaculaires il insère un filigrane : la critique de l’évolution de la société des loisirs vers un impératif de divertissement toujours plus rigide et un conformisme toujours plus abrupt qui redéfinissent cette société en “foule des loisirs”.

Massimo Vitali

Massimo Vitali est né à Come, Italie, en 1944.
Après le lycée, il s’installe à Londres, pour étudier la Photographie au London College of Printing.
Au début des années 60, il commence à travailler comme photojournaliste, collaborant avec plusieurs revues et agences de presse en Italie et en Europe. C’est à cette époque qu’il rencontre Simon Guttman, le fondateur de l’agence Report, qui jouera un rôle essentiel dans la transformation de Massimo en un « Photographe concerné ».
Au début des années 80, un malentendu de plus en plus répandu sur la capacité de la photographie à reproduire les subtilités de la réalité le poussa à un important changement dans sa carrière. Cependant, ses relations avec l’image fixe n’ont jamais cessées, et il finira par s’intéresser à nouveau à la  « photographie comme moyen de recherche artistique ».
Sa série sur les panoramas des plages italiennes, à laquelle il commença à travailler en 1995, prend forme à la lumière de changements drastiques dans le paysage politique italien. Massimo commença à observer très attentivement ses concitoyens. Il dépeint une «vision aseptisée et complaisante des banalités italiennes », révélant en même temps « les conditions intérieures et les troubles de la normalité : sa fausseté cosmétique, ses insinuations sexuelles, ses divertissement codifiés, le sentiment déceptif d’affluence et un conformisme rigide » (October Magazine 2006, no. 117, p. 90, How to Make Analogies in a Digital Age by Whitney Davis).
Dans les 18 dernières années de sa carrière, il a développé une nouvelle approche à la représentation du monde, éclairant les apothéoses de la Masse, l’exprimant et la commentant au travers de l’une des formes les plus intrigantes et concrètes de l’art contemporain – la Photographie.
Massimo Vitali vit et travaille à Lucca (Italie) et, parfois, à Berlin.

www.desrives.net

 

 

 

Comments are closed.